140523175415_photo

Cette fois, c’est avec les baskets aux pieds que je me suis rendue au troisième entrainement de la bottine. (Et mes cuisses s’en souviennent…)

Une fois n’est pas coutume, le soleil est bien décidé à s’inviter à Nevers pour cette nouvelle matinée sportive. Arrivée sur place, rapide briefing avec l’équipe organisatrice : pour l’avant dernière session de préparation, direction le canal !

Les habituées patientent devant l’hôtel Mercure avant le désormais célèbre « coup de sifflet » pour lancer le départ. Quelques nouvelles s’ajoutent à la bande, et un groupe de petites têtes blondes  attend le départ des mamans pour aller gambader avec Juliette, la nounou du jour.

Trois vagues de départ sont organisées : la première rassemble les « habituées », qui travaillent en fractionnés, la seconde les coureuses un peu moins expérimentées, qui partent plus tranquillement, et la dernière vague est consacrée à la marche rapide. Pas de folie des grandeurs, pour une première, je pars avec le deuxième groupe. On vérifie que les chaussures sont bien attachées, et c’est parti…

On commence le parcours en traversant le pont de Loire : une belle brochette de coureuses ! Après avoir longé la digue, la piscine de la Jonction et atteint le canal, on passe plusieurs écluses et c’est l’heure du ravitaillement.

Quatre kilomètres dans les jambes… on a bien mérité une petite pause.  On se retrouve toutes entre un verre d’eau, un carré de chocolat et une barre de céréales. A mi-parcours : il fait chaud, mais tout le monde a le sourire. C’est qu’il faut faire le retour maintenant ! On repart sur l’autre rive. Les membres du staff alternent casquette de coach et d’encadrant : ils savent motiver leurs troupes. Le temps passe, et ma foulée commence un peu à faiblir… Mais c’est sans compter sur la solidarité féminine. Ni une ni deux, je rattrape (tant bien que mal) une jeune coureuse qui, visiblement, est dans le même état que moi (joues rouges, point de côté, et « au secours j’en peux plus ! » sont les principaux signes distinctifs…)  « Allez, on termine ensemble ».

Un dernier sprint avant de passer la ligne d’arrivée… Ca y’est, on l’a fait. Après une petite collation bien méritée sur la terrasse de l’hôtel, c’est l’heure de rentrer. Bilan : huit kilomètres dans les mollets, photos souvenirs et rencontres sportives… Pas de doute, les dimanches sous les couleurs de la bottine sont un vrai moment de plaisir !

Par Caroline Girard